Mon chien revient quand je l'appelle, sauf...

« En me promenant, je suis passée à côté d’une prairie avec des vaches et mon chien est parti derrière elles, sourd à tous mes appels !  Comment faire pour que cela n’arrive plus ? »

Un chien courre derrière des cyclistes

« Mon chien attaque les poules ! »

« Mon chien pourchasse les cyclistes qui passent devant chez nous. »

« Quand mon chien voit un chat… »

Si votre chien revient habituellement dès que vous l’appelez (voir article précédent ) mais devient « sourd » en présence de circonstances particulières (bétails, véhicules, chats, …) vous avez tout intérêt à faire un travail spécifique pour cette circonstance-là.

Si vous laissez votre chien se retrouver à nouveau, nez à nez avec ce qui l’a déjà excité sans veiller à avoir « un coup d’avance » sur lui,  la situation risque bien de s’empirer, de fois en fois…

L’« attaque » peut se produire dans deux circonstances :

Soit votre chien est effrayé et essaye de faire fuir, d’éloigner le danger.  Cela arrive, par exemple, fréquemment lorsque des vaches se massent le long d’une clôture pour faire fuir le « loup » qui passe sur le chemin.

Soit, l’instinct de prédateur de votre compagnon à quatre pattes s’éveille et voyant bouger un animal, une balle,… et l’invite à essayer d’attraper ce qui s’enfuit devant lui.

Dans les deux cas, il est vraisemblable que votre chien vous aura vu vous exciter, crier, peut-être courir derrière lui, bref, faire sans le savoir, tout ce qui était possible pour l’encourager à courir plus vite, attaquer plus fort…

Plutôt que de partir en balade en redoutant de croiser un poulailler, un cycliste, … décidez d’aller vous promener là où vous savez que cette distraction va se produire.  Mettez en scène l’« imprévu ».

Prenons l’exemple du poulailler : partez vous promener avec votre chien en laisse longue (pas une laisse à enrouleur !).  Lorsque vous arrivez à proximité des volailles, observez attentivement votre chien.  À l’instant où votre chien commence à s’intéresser aux bestioles, appelez-le près de vous en vous éloignant des volailles et récompensez-le.  C’est quand l’oreille de votre compagnon à 4 pattes frétille ou que son œil pétille, qu’il est temps de reprendre l‘attention de votre chien : alors qu’il était en train de renifler le chemin ça et là, il redresse la tête, pointe ses oreilles dans la direction qui l’intrigue et commence à le fixer…

N’attendez pas une seconde de plus ! Appelez-le immédiatement en faisant résolument demi-tour et veillez à avoir en main de quoi lui faire goûter qu’il a bien fait de revenir vers vous !

Faites l’exercice, dans un premier temps, assez loin du poulailler et puis approchez-vous de plus en plus de la « tentation ».  Si vous travaillez avec constance et persévérance, le seul fait d’arriver dans cette zone donnera envie à votre chien de revenir vers vous pour être récompensé.

C’est la répétition de l’exercice, qui rendra le retour de plus en plus consistant. 

Il s’agit de contrer l’instinct naturel de votre chien et cela ne se fera donc pas en 5 minutes.

Une fois que vous avez résolu votre souci de poulailler, mettez en scène une autre situation : par exemple les joggeurs ou les cyclistes qui passent sur le RAVel.  En veillant, évidemment en priorité, à la sécurité des passants, apprenez à votre chien, à revenir chercher une récompense vers vous plutôt que de regarder fixement la personne qui arrive.  Trouvez-vous en endroit un peu en retrait du chemin pour commencer l’apprentissage, et puis, quand vous constatez que vous êtes capable de garder l’attention de votre compagnon à quatre pattes vers vous, commencez à vous approcher de plus en plus du passage.

Évitez de vous immobiliser, laisse courte, en regardant le joggeur arriver, car vous diriez ainsi à votre chien, en langage canin : attention, ce bonhomme m’inquiète, attaquons-le, bref, exactement l’inverse de ce que vous souhaitez lui voir faire. Prenez plutôt l’habitude de tourner le dos à ce que vous souhaitez que votre chien ignore.Chien indifférent au passage d'un cycliste

Plus vous multiplierez les circonstances d’excitation où vous êtes capable de refixer l’attention de votre chien vers vous, plus, lorsque surviendra un réel imprévu, vous aurez l’un et l’autre acquis les bons réflexes qui augmenteront vos chances de donner envie à votre animal de revenir vers vous plutôt que de se mettre en danger en s’élançant n’importe comment derrière n’importe quoi…

Inutile d’essayer de commencer les exercices décrits dans cet article si le rappel de votre compagnon à quatre pattes ne fonctionne pas dans un environnement calme.  Il faut commencer par le début : créer un lien suffisamment fort entre lui et vous pour qu’il soit convaincu que revenir vers vous, est pour lui, toujours, un moment de fête.  Quand cela est acquis, on peut, progressivement, augmenter la taille des distractions… 

Bon travail !

Myriam Slegten, bénévole d’Activ’Dog    (www.activdog.be )

Article paru en décembre 2011 dans le bulletin communal officiel d'Houyet n° 84

Article précédent Article suivant