Rester ou redevenir maître à bord

Si, chez vous, c’est le chien qui attire votre attention plus souvent qu’il ne vous écoute, il est grand temps de « reprendre la main ».

Sachez, pour commencer, que trop souvent les humains estiment que les chiens « qui nous comprennent  si bien », pensent et réagissent comme nous.  J’entends souvent des maîtres se plaindre que leur chien fait des choses uniquement pour ennuyer les gens avec qui il vit…  Cette réflexion, typiquement humaine, ne correspond pas du tout à la façon dont les chiens agissent et réagissent avec nous.  Un chien ne cherche pas à « se venger ». Par contre, il peut essayer de monter en grade au sein de votre meute familiale et même tenter d’être capitaine à bord pour vous faire exécuter ses quatre volontés.         

Je l’ai déjà écrit, un chien n’a aucune notion du bien ou du mal.  Il passe son temps (il n’a même souvent que cela à faire), à tester quels sont les comportements qui lui procurent des avantages et ceux qui entrainent des inconvénients pour lui.  Parfois nous avons, lui et nous, des intérêts communs, d’autres fois, ce qui lui semble une bonne idée entraine des conséquences inacceptables pour nous. 

Si vous souhaitez que votre chien se conforme à vos souhaits plutôt qu’uniquement aux siens, il faut qu’il vous reconnaisse comme le capitaine de la meute familiale, celui vers qui on se tourne pour savoir qu’elle est la conduite adéquate à adopter.one_dessin_chien_maitre_a_bord

Facile à dire, me direz-vous ! 

Certains petits gestes de tous les jours peuvent rapidement modifier votre position hiérarchique :

Un chef de meute passe le premier dans les espaces étroits.  Si vous n’êtes pas suffisamment  maître à bord à votre goût, prenez l’habitude de passer avant votre chien lorsque vous franchissez une porte.  S’il se précipite pour vous précéder, ne dites rien, mais refermer la porte avant qu’il n’ait franchi le seuil.  Attention !  Il ne s’agit pas de faire mal au chien, simplement d’être efficace.  Si vous faites ce petit exercice, régulièrement, sans plus jamais lui laisser vous brûler la politesse, votre chien finira par vous considérer comme le magicien des portes : il vous regardera et attendra votre accord pour franchir le seuil sans quoi il se retrouvera la truffe devant la porte close.  C’est un exercice tout simple, formidablement efficace, qu’il est préférable de faire en silence.  Eviter les « reste ! », attends ! », car votre animal mesure votre éventuelle impatience au ton de votre voix. Faites vos premiers essais quand vous avez une demi-heure à consacrer à votre chien de manière à être certain que vous aurez le temps suffisant pour faire comprendre au chien quand il reçoit le feu vert pour franchir le seuil de la porte.  Enfin, pendant le temps où vous attendez qu’il se calme et qu’il finisse par porter son attention sur vous, taisez-vous, surveillez-le du coin de l’œil, ne le fixez pas directement du regard.  Sachez que lorsque vous regardez un chien dans les yeux, vous l’invitez à discuter avec vous, soit sous la forme d’un jeu, soit sous celle d’une confrontation.  Lorsque le chien finit par vous accorder son attention, invitez-le à vous suivre.

Un chef de meute ouvre la marche. Lorsqu’un chien tire sur sa laisse et traine son propriétaire, le chien devient le chef de meute.  N’utilisez donc plus jamais de laisse à enrouleur.  Celles-ci apprennent à vos chiens à tirer sur leur laisse !!!  Employez une laisse suffisamment longue pour que celle-ci puisse  pendre en « U » quand le chien est à vos côtés. Prenez l’habitude, durant les prochaines semaines, lorsque votre chien vous entraine dans une direction, de faire demi-tour, sans rien dire, et de partir d’un pas décidé dans l’autre sens.  Si votre chien vous redépasse, répétez la manœuvre.  Votre comportement semblera peut-être saugrenu aux personnes qui vous observeront mais votre chien, lui, va vite avoir envie de vous tenir à l’œil.  Changez vos habitudes : au lieu de parler à votre compagnon à quatre pattes quand il fait des choses qui ne vous conviennent pas, discutez avec lui quand il est à vos côtés.  Votre chien cherchera à reproduire ce moment privilégié où il capte votre attention. Commencez cet exercice dans un environnement relativement calme, ce qui ne manque pas dans la belle commune d’Houyet, avant d’espérer déambuler laisse longue dans une rue pleine de monde.  Prenez l’habitude de marcher à votre rythme, régulièrement.  Si vous ralentissez chaque fois que votre compagnon renifle une odeur intéressante pour lui, ce n’est pas vous qui promenez votre chien mais lui qui vous promène en laisse ! Lorsque votre chien « lève la patte » toutes les deux minutes, il n’est pas en train de faire ses besoins mais bien de marquer « son » territoire, … sur le pas de la porte de vos voisins…  C’est non seulement irrespectueux mais de plus inadéquat si vous espérer que votre animal soit attentif à vous.  Laissez votre animal faire ses besoins en début de promenade et puis marchez d’un pas régulier.  

C’est en étant attentif à ce genre de « détails » que votre chien vous considérera comme son chef de meute.

Myriam Slegten, bénévole d’Activ’Dog    (www.activdog.be )

Dessin extrait de la revue de l’ONE: « L’enfant et le chien, de la sécurité à la complicité »

Article paru en juin 2010 dans le bulletin communal officiel d'Houyet n° 78