Chez vous, qui dresse qui ?

Le chien, passe tout le temps qu’il partage avec vous, à vous observer. Il cherche à obtenir ce qui lui semble intéressant pour lui.  Il va donc, patiemment, essayer quels sont les comportements qui vous font réagir d’une manière qui lui convienne à lui.

dessin_tete_de_chienCe que vous autorisez, une fois, à votre compagnon devient, pour lui, une attitude permise, qu’il cherchera à reproduire.  Pensez-y dès le plus jeune âge de votre chiot, quand il est si mignon et si comique…  Ce que vous lui permettez de faire deviendra la règle dans sa tête et si, lorsqu’il devient plus grand, le comportement vous semble devenu moins drôle, il sera souvent très difficile de l’en déshabituer !

Voici quelques exemples :

Si, lorsque vous êtes assis, quand votre chien vient soulever votre main ou votre coude, vous le caressez, bientôt, il posera une patte sur votre cuisse, puis les deux pattes, pour exiger que vous vous occupiez de lui.

Si lorsque votre chien commence à aboyer ou gémir, vous le regardez et commencez à lui parler, même pour lui dire « Tais-toi ! », il a obtenu votre attention et recommencera probablement à aboyer, plus fort, plus longtemps, une prochaine fois, jusqu’à ce que vous vous tourniez vers lui.

Si lorsque vous retrouvez votre chien après la nuit ou votre journée de travail, celui-ci vous fait la fête en vous sautant dessus et que vous le regardez, lui parlez, même pour lui dire « Non ! », le touchez, même pour le repousser, votre manière de faire encourage votre ami à quatre pattes à recommencer.

Comprenez bien que les mots que vous dites, n’ont aucune signification précise pour votre animal de compagnie, c’est votre attitude générale qui donnera un sens aux mots prononcés.  Si vous dites « non » en souriant, votre interdiction n’aura aucun effet.

La règle générale, fort simple à retenir, est que c’est vous qui devez être le chef d’orchestre de ce qui se passe chez vous et pas votre chien.  Le chef d’orchestre est celui qui décide quand commence la musique.

C’est exprès que j’emploie le mot « chef d’orchestre » plutôt que simplement « chef ».

Quand on dit qu’il faut être le maître de son chien, son chef, beaucoup de personnes ont tendance à crier, à s’énerver pour se faire respecter.  Or, hurler sur votre chien lorsqu’il ne fait pas ce que vous auriez voulu, ne sert pas à grand-chose.   Dans le monde des humains, ce n’est pas l’enseignant qui élève la voix à longueur de journée dans sa classe qui est le plus respecté, au contraire : crier, s’énerver, chez les chiens comme chez les humains est bien souvent un symptôme d’impuissance, de désarroi…

Prenez la peine d’observer comment cela se passe chez vous : qui, le premier, attire l’attention de l’autre et fait réagir l’autre ?  Votre chien ou bien vous ?

Dans le prochain bulletin communal, vous trouverez des pistes applicables par chacun pour reprendre votre place de chef d’orchestre. Mais, si vous vous rendez compte que vous n’êtes vraiment plus maître chez vous, prenez contact, rapidement, avec un club canin.  Les moniteurs vous aideront à mieux comprendre votre compagnon et à éviter que ce soit lui qui vous dresse…

Myriam Slegten, bénévole d’Activ’Dog    (www.activdog.be )

Article paru en mars 2010 dans le bulletin communal officiel d'Houyet n° 77