Chacun à sa place !

Le chien, comme vous, a besoin d’avoir un endroit où il a le droit de se retirer pour se reposer en sécurité.  Que cet endroit soit, un panier, une carpette, un chenil, lorsque votre compagnon à quatre pattes va s’y coucher, personne ne devrait, jamais, l’y embêter. 

Chez les loups, ce sont les animaux qui ont le plus de responsabilités au sein de la meute, qui choisissent, en premier lieu, l’endroit où ils se couchent.  Ils s’approprient des lieux stratégiques, des endroits d’où ils peuvent surveiller leur groupe et veiller à prévenir tout danger.  Ceci étant fait, les autres loups s’installent à leur tour confortablement dans l’espace commun. 

one_dessin_chien_panier_place_priveeL’endroit où le chien se couche devient « son » endroit.

Evitez, dans votre maison, de laisser votre chien s’installer au milieu d’un lieu de passage.  En le laissant se coucher dans l’embrasure d’une porte ou au milieu de votre cuisine, vous obligeant ainsi à le contourner sans cesse, vous faites de lui, sans le savoir, le maître des lieux. Vous lui donnez, ainsi, le statut de leader et perdez votre position de chef de meute.   

Installez le panier de votre chien dans le coin d’une pièce, hors des lieux de passages et respectez cet endroit comme étant le sien.  Personne ne devrait avoir le droit d’aller ennuyer le chien « chez lui ».  Si on souhaite faire quelque chose avec notre compagnon, il suffit de l’inviter à nous suivre.  Si le chien refuse de sortir de son panier quand on l’y invite, c’est sa manière à lui de dire « non merci, je préfère encore rester un peu tranquille ».  Apprenez à vos enfants à respecter ce message !!!chien_defendant_le_fauteuil_ou_il_est_assis

Beaucoup trop de maîtres laissent leur compagnon à quatre pattes grimper dans leur fauteuil, divan ou lit.  Toutes les semaines, des enfants et des adultes arrivent à l’hôpital parce qu’ils ont été gravement mordus par un chien qui se trouvait sur le fauteuil.  N’oubliez jamais qu’à partir du moment où vous laissez votre chien s’installer, de sa propre initiative, dans un endroit destiné aux humains, ce lieu devint le territoire du chien.  Celui-ci ne comprendra, peut-être pas, qu’un jour vous vouliez le faire descendre du lit qu’il partage avec vous parce que ses pattes sont trop sales ce jour-là.  Il estimera que vous vous permettez d’intervenir dans un territoire qui lui était acquis et risque bien de vous remettre « à votre place » avec ses crocs. Certains chiens en viennent même à interdire l’accès du lit ou du divan à certains humains. 

Ne vous mettez pas en danger : délimiter les territoires de chacun et les faire respecter est vraiment une notion très importante pour vivre en bonne entente avec nos chiens.

Myriam Slegten, bénévole d’Activ’Dog    (www.activdog.be )

Dessins extraits de la revue de l’ONE: « L’enfant et le chien, de la sécurité à la complicité »

Article paru en septembre 2009 dans le bulletin communal officiel d'Houyet n° 75